Surtout de 800 vies sauvées par le initial cantonnement, au jeunesse 2020


  • Actualités

  • Publié ,



    Lecture 2 min.


    Pendant le premier confinement au printemps 2020, la baisse des émissions de dioxyde d’azote émises dans l’atmosphère, liée à l’arrêt brutal des transports, aurait sauvé plus de 800 vies en Europe, selon une récente étude.

    Selon cette étude publiée dans la revue Nature Scientific Reports, des centaines de vies ont été sauvées dans toute l’Europe pendant le premier confinement. Pour parvenir à ces résultats, la recherche a comparé les mesures prises dans 47 villes européennes entre février et juillet 2020 pour endiguer la pandémie de Covid-19.

    Baisse du dioxyde d’azote dans l’air

    Les confinements, la fermeture des écoles et des lieux de travail, ainsi que l’annulation des événements publics sont les restrictions qui semblent avoir été efficaces dans la baisse des niveaux de dioxyde d’azote (NO2). L’arrêt temporaire de ces activités a en effet fortement contribué à diminuer le nombre de voitures et de camions sur les routes, expliquent les chercheurs de la London School of Hygiene and Tropical Medicine (LSHTM), qui ont réalisé l’étude.

    Au cours de cette période, une diminution constante des concentrations de NO2 a été observée en surface dans toute l’Europe. Une réduction supérieure à 50% a même été constatée en Espagne (Madrid), au Portugal (Lisbonne), en France (Lyon et Paris) et en Italie (Milan, Turin et Rome). Paris, Barcelone et Milan, qui ont enregistré une baisse de NO2 comprise entre 50 et 60%, sont les trois villes où le plus grand nombre de décès a été évité.

    Evaluer ce qu’il est possible de continuer à faire

    La réponse des gouvernements pour freiner la propagation de la pandémie de Covid-19 offre une étude de cas sans précédent pour évaluer une gamme d’interventions visant à réduire les émissions anthropiques de plusieurs secteurs comme le transport routier, l’industrie énergétique, l’industrie manufacturière, les services commerciaux et publics, le transport maritime et l’aviation“, concluent les auteurs de l’étude.

    Les niveaux de particules fines ont eux aussi baissé au cours de cette période, mais dans une moindre mesure, ces dernières étant également émises par des sources naturelles comme les feux de forêt, ainsi que par certaines activités domestiques comme le chauffage au bois.

    Consulter en ligne un généraliste

    60 000 morts du Covid évités par le confinement

    En plus de ces décès indirects, le premier confinement du printemps 2020 a “évité le décès de 60 000 personnes du Covid”, d’après les modélisations de plusieurs chercheurs et épidémiologistes, publiés sur le site MedRvix. Au total, ils estiment d’après leurs calculs que le confinement a même permis “d’éviter 83,5 % des décès” au moment de l’apparition et la forte circulation du virus, au début de l’année 2020.



    Source link

    Leave a Comment

    Your email address will not be published.